• Plein sud (2009)

    • Année de production 2008
      Sortie en salles 30 décembre 2009
      Réalisateur : Sébastien Lifshitz 
      Comédie dramatique
      90 mn

    Distribution :

    Yannick Renier (Sam), Léa Seydoux (Léa), Nicole Garcia (La mère),  Théo Frilet (Mathieu), Pierre Perrier (Jérémie), Micheline Presle (La grand mère), Gérard Watkins

    Synopsis :

    C'est l'été, Sam 27 ans file tout droit vers le sud au volant de sa Ford. Avec lui, un frère et une soeur rencontrés au hasard de la route: Mathieu et Léa. Léa est belle, pulpeuse et archiféminine. Elle aime beaucoup les hommes, Mathieu aussi. Partis pour un long voyage, loin des autoroutes, en direction de l'Espagne, ils vont apprendre à se connaître, s'affronter, s'aimer. Mais Sam a un secret, une ancienne blessure qui l'isole chaque jour un peu plus. Séparé de sa mère depuis l'enfance, ce voyage n'a qu'un seul but : la retrouver.

    Secrets de tournage.

    Confronter les formes et les cultures

    En réalisant Plein sud, Sébastien Lifshitz désirait avant tout restituer une atmosphère "cinégénique" : "Nous sommes dans une histoire française, des personnages et des paysages français, mais j'ai essayé avec l'utilisation du scope, l'affirmation de la beauté des corps, la vieille Ford ou un objet comme un revolver, à utiliser de façon presque naïve les codes du cinéma américain. Je voulais créer une forme hybride, une rencontre improbable entre un récit français et une esthétique américaine assumée".

    "(S)ex fan des sixties..."

    Simple mais marquant, le générique du film est en lui-même une référence directe aux années 60 et à leur esthétique. Sébastien Lifshitz révèle aussi toute la dimension sensuelle de cette ouverture : "[Elle] donne tout de suite une sorte d'énergie, une agressivité au film : ces gros caractères jaunes sur cette image 'pop'. D'emblée, l'idée est donnée que les choses sont amplifiées, les cartons durent très peu de temps, la danse de Léa est extrêmement suggestive, le ton est incisif. L'érotisme du film, la beauté des corps, tout est là pour nous saisir."

    Une origine littéraire ?

    Selon le propre aveu du réalisateur, le point de départ de Plein sud est une simple histoire de famille dont le scénario, découpé en douze chapitres précis, a donc été écrit de manière très littéraire. Ces douze chapitres correspondaient aux douze "stations" suivant les arrêts de Sam. "Le récit nous entraînait jusqu'en Espagne depuis la Normandie d'où [le héros] est originaire, et chaque chapitre s'ouvrait sur deux ou trois souvenirs avant de revenir au road-movie."

    Un récit atemporel

    Le réalisateur avoue s'être délibérément écarté de "décors trop contemporains pour rendre cette traversée plus intemporelle. Juste des routes, des terrains vagues, une plage et le break Ford." Il affirme par ailleurs être attaché à "la présence d'éléments comme l'eau, le feu et le vent qui entourent les personnages et exacerbent le lyrisme des images."

    Des thèmes de prédilection

    Dans Plein sud, Sébastien Lifshitz ressasse des thèmes qui lui sont chers, comme l'envahissement du passé dans le présent, ou la destruction d'une famille, comme dans Les Corps ouverts ou Wild Side. Mais à la différence de ces derniers, le réalisateur voulait, dit-il, "[s']approcher de personnages plus normatifs, même si leur insolence et leur violence leur donnent aussi une singularité. Pour [lui], tout revient toujours à la question du pardon et de la libération de soi. Seulement [s]on héros est un personnage morbide et violent, incapable d'aller de l'avant, vers l'oubli et le pardon."

    Troublante Nicole Garcia

    A propos de son choix porté sur Nicole Garcia, Sébastien Lifshitz confie : "J'aime beaucoup Nicole Garcia, sa voix rauque et cassée qui peut faire peur. Elle sait jouer sur une certaine perversité, elle a d'ailleurs souvent été utilisée pour ce genre de rôle : le personnage trouble. Je trouvais intéressant de la confronter justement à un rôle de mère brisée, violente, en rupture. Comme il n'y avait pas beaucoup de scènes avec elle, il fallait effectivement quelque chose d'immédiat, je ne pouvais pas me permettre d'exposer progressivement ce personnage." De son côté, l'actrice et réalisatrice perçoit son personnage de mère comme une véritable "figure de destruction et de violence".

    A l'aune du western ?

    Au sujet des influences du film, le réalisateur Sébastien Lifshitz confie : "Le film joue avec les codes du western, il se construit autour d'un personnage secret, dur, qui ne parle pas, et qui se met en route pour accomplir une vengeance. Est-ce que cette mission qu'il se donne est une bonne chose ? Probablement pas. Plus il avance, plus les souvenirs remontent à la surface, s'additionnent, l'acculent. Et ce sont ces souvenirs qui nous dévoilent d'où il vient, où il va et ce qu'il va faire. À l'image des héros de western, Sam est un solitaire, un personnage errant, abîmé par la vie. Le type d'homme dont le visage très vite se transforme en masque. Froid et impassible. Mais aussi dont la beauté fascine et aimante tous ceux qu'il croise, homme comme femme. D'ailleurs lorsque j'ai rencontré Yannick Renier, je trouvais qu'il avait des faux airs de Clint Eastwood jeune. Le corps sec et le regard perçant. J'aimais l'idée de créer une opposition entre Sam adulte, un personnage sans affect, et ses souvenirs d'enfant, le montrant plus vulnérable et émouvant. J'ai construit le personnage dans ses deux temps. Comme un collage. Un présent qu'il incarne de façon violente et le passé où il est au contraire comme un corps ouvert, extrêmement fragile, subissant."

    La genèse du groupe de jeunes

    Pour constituer le groupe de jeunes, que l'on suit tout le long du film, Sébastien Lifshitz a voulu que chaque comédien, chaque corps soit l'incarnation directe de ce qu'il devait caractériser par certains traits fondamentaux : "Yannick Renier est quelqu'un de charismatique, son physique avait ce mélange de beauté et de brutalité idéale pour le personnage. Léa Seydoux a aussi ce côté nerveux et sec, ce physique de Lolita que nous avons accentué par les vêtements et son jeu. Théo Frilet, avec son côté " petit prince ", sa gueule d'ange, incarnait immédiatement la part omantique de son personnage. Pierre Perrier, c'est le garçon terrien, charpenté, le surfeur. Ils sont tous une sorte de cliché de la jeunesse d'aujourd'hui. Mais petit à petit, il se dégage de ces " figures " quelque chose de plus profond. Dans mon précédent film " Wild Side ", c'était le même mouvement. Je partais de trois archétypes de la marginalité - une pute transsexuelle, un clandestin russe et un zonard beur - pour progressivement faire apparaître chaque individualité. Trois portraits déconnectés de tout référent social." (AlloCine)

    Bande-annonce

     


    Plein sud Bande annonce vf publié par CineMovies.fr - Les sorties ciné en vidéo


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :