• Rostam Batmanglij

    Un rockeur fait son coming out dans «Rolling Stone»

    Ses amis le savaient depuis longtemps, ses parents depuis deux ans, et nous depuis aujourd’hui: Rostam Batmanglij, membre de Vampire Weekend, le groupe le plus branché du moment, est gay. Il sort du placard dans l'édition américaine de «Rolling Stone»... Et raconte sa récente rupture.

    C’est l’histoire assez classique d’un jeune Américain d’origine iranienne qui sort du placard en entrant à l’université de Columbia. Quand il en sort, il monte un groupe avec ses camarades. Le groupe en question n’est autre que Vampire Weekend. Aux Etats-Unis, comme en Europe, la presse musicale et généraliste ne se lasse pas de vanter le génie «ethno-pop» de leur nouvel opus Contra, sorti il y a quelques semaines sur le label indépendant anglais XL recordings. Et pour apprendre l'homosexualité de Rostam Batmanglij (ci-dessus à gauche, et ci-dessous), il faut lire le passionnant article paru dans le nouveau numéro du Rolling Stone US.

    L’un des journalistes du magazine, Josh Eells, a en effet passé plusieurs semaines dans l’intimité du groupe new-yorkais, dans la plus pure tradition de l’hebdo rock. Au détour d’un paragraphe, l’auteur nous dit tout: «A part ça, Rostam est gay, un détail dont il n’a jamais encore parlé en public. Ses amis le savent depuis l’université». Et comment ont réagi ses parents? A priori, plutôt bien si on en croit le jeune Rostman cité par le journaliste de Rolling Stone: «Mon père a grandi dans un pensionnat anglais, on peut difficilement faire plus gay»

    Le cœur brisé par son ex, Rostam s'enferme en studio
    Toujours dans le même article, on apprend également que le jeune musicien sortait d’une rupture avec son copain au moment de l’enregistrement du nouvel album de Vampire Weekend: «J’ai tout fait pour le retenir», explique Rostam. «Il m’a brisé le cœur». Pour tourner la page, Rostam s'est alors enfermé en studio avec ses camarades pour enregistrer et finaliser leur second disque, jusqu'à y passer 15 heures par jour!

    Et noyer son chagrin dans le travail, parfois ça a du bon. Avec Contra, Vampire Weekend est devenu le premier groupe signé sur un label non-américain à entrer directement No 1 du Billboard US! En France, l'album s’est déjà vendu à 20.000 exemplaires en l'espace de deux semaines, un chiffre très honorable en ces temps de crise du disque. Si Rostam est moins médiatisé que le charismatique chanteur Ezra Koening, il demeure néanmoins l’un des deux leaders de Vampire Weekend avec Ezra. Et aussi désormais l’un des nouveaux visages d’une homosexualité assumée dans le monde du rock.

    Les prochains concerts de Vampire Weekend, prévus le 25 février à l’Olympia et le 26 février, à Toulouse, affichent déjà complets. Les Américains seront de retour dans de nombreux festivals cet été. Nous vous tiendrons informés sur TÊTU.

    Sources & photos : Têtu

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :